#

en directDéconfinement : les Français retrouvent un début de vie normale

en directDéconfinement : les Français retrouvent un début de vie normale

en directDéconfinement : les Français retrouvent un début de vie normale

L'essentiel :

21 h 00 - La fin du début

L'heure du retour à la réalité sanitaire sonne. Les terrasses doivent désormais fermer et les derniers clients se dépêcher de rentrer chez eux. Le couvre-feu entre 21 heures et 6 heures devrait durer au moins jusqu'au 9 juin. À moins d'une aggravation de la situation sanitaire, il sera alors repoussé à 23 heures. Les restaurants pourront alors rouvrir en intérieur, toujours avec certaines limites.

20 h 40 - A Bordeaux, les étudiants sont de sortie

En ce début de soirée baignée par le soleil, le centre-ville de Bordeaux grouille de monde. Les terrasses des bars ont toutes été prises d'assaut. Pas une place de libre. Partout, les étudiants sont de retour et tiennent le haut du pavé. C'est le cas par exemple à l'angle du cours Pasteur et de la rue des Ayres. Devant le « Carnaval café » et le « New York », il faut jouer des coudes et attendre debout. Comme avant l'épidémie de Covid-19, ces haut lieux de vie nocturne sont pleins. Trois étudiantes prennent leur mal en patience. L'une d'elles Luna, 19 ans, s'exclame : « Voir et entendre autant des gens, ça m'a tellement manqué ! ». A quelques mètres de ces jeunes filles masquées, Quentin et ses copains n'ont pas quitté leur place depuis leur arrivée… à 16 heures. « On a eu de chance car il y avait déjà beaucoup de monde lors de notre venue », raconte ce surveillant de 27 ans. Le jeune homme prend soin de remettre son masque pour parler à son interlocuteur. « Porter le masque, c'est une marque de politesse et une précaution car tout le monde n'est pas encore vacciné », tient à préciser ce Bordelais. Sur la table, « la quatrième ou cinquième » tournée de pastis est déjà bien entamée. Dans ce groupe d'amis répartis en deux tables de six, Tony, infirmier à domicile de 28 ans, a les yeux qui brillent. « J'étais tellement en mal des bruits de la rue ! J'en avais assez de travailler et de rentrer le soir chez moi sans voir ni entendre personne ». Tout à côté, Manon et sœur ont, elles, passé leur après-midi, rue Sainte-Catherine la grande artère commerçante de la métropole de la Gironde. Bilan des courses ? A leurs pieds, deux sacs copieusement remplis de vêtements et de chaussures. « Ça m'a trop manqué de faire chauffer la carte bleue dans les boutiques ! » sourit l'étudiante en psychologie. Plus gravement, elle ajoute : « Ce soir, on tient le bon bout. On profite de la vie ! Mais, je vous promets que l'on n'oubliera pas la façon dont le gouvernement a mis de côté et maltraité les étudiants. » Un peu plus loin, quatre autres consommateurs sont en train de saucissonner joyeusement. Ces élèves infirmiers –tous vaccinés- ont commandé des pintes de bière cerise. « On avait un besoin vital de se retrouver. Ce soir, on renoue un peu notre vie d'avant », confie Marie, 22 ans. Dans le brouhaha, son ami Lucas, 24 ans, complète le propos : « Revoir autant de gens, croiser le regards et le sourires d'inconnus, ça fait vraiment du bien ».

20 h 25 - Terrasses pleines et stade vide

Symbole du fait que le retour à la normale n'est pas encore d'actualité, la finale de la Coupe de France entre le PSG et Monaco devrait ce soir avoir lieu dans un silence quasi-religieux au Stade de France. Il devait s'agir du premier match réouvert au public, mais les conditions sanitaires ne l'ont pas permis. Selon Franceinfo, aucun supporter n'était présent à une heure du coup d'envoi, bien que le couvre-feu à 21 heures ait offert une possibilité d'accueillir les joueurs.

20 h 10 - Bon début pour les centres commerciaux

en directDéconfinement : les Français retrouvent un début de vie normale

Pour les centres commerciaux, le redémarrage est plutôt favorable, avec un pointage à 18H00 faisant état d'une augmentation d' « un peu plus de 20 % », à nombre de magasins comparable, par rapport au même jour de l'année dernière, « qui était une semaine après la réouverture" post premier confinement, explique à l'AFP Gontran Thüring, délégué général du Conseil national des centres commerciaux (CNCC). Et « l'activité en termes de chiffre d'affaires est en règle générale meilleure que la fréquentation, avec un bon taux de transformation », le nombre de visiteurs qui effectuent un achat.

19 h 51 - « L'impression d'être allé dans un autre espace temps »

On remet les lunettes de soleil. En sortant du cinéma Le Prado à Marseille, Julian a « l'impression d'être allé dans un autre espace temps. Comme un truc qu'on aurait oublié. C'était un kif ». Avec Sonia, sa « princesse », ils se sont offert Envole-moi avec Gérard Lanvin. « On avait réservé. Dans la salle, on était séparés des autres spectateurs, en mode séance VIP. » Le couple bifurque à gauche, direction place Castellane, où les terrasses se sont remplies en cette fin de journée. Le vent est un peu tombé, le couvre-feu poussé à 21 heures donne envie de lézarder. L'atmosphère est plutôt décontractée. « On savoure calmement », sourient deux jeunes femmes en picorant des olives vertes, masque et verre de vin blanc à la main. Difficile de trouver une table pour ce soir en revanche, tout est réservé. Mais on finit par y arriver. « Un jour comme ça, on ne va pas vous laisser en plan », cligne un restaurateur en rapprochant quelques tables. Pour les distances sanitaires, personne ne viendra vérifier avec un mètre.

19 h 43 - Les plages de Nice au beau fixe

Les chanceux de la Côte d'Azur peuvent à nouveau s'allonger sur un transat, face à la mer, depuis ce mercredi. À Nice, certaines plages privées sont même complètes pour la semaine. « Pour la partie restauration, jusqu'à la semaine prochaine ! » se réjouit un plagiste de la plage Beau Rivage, interrogé par nos confrères de 20 Minutes. Cela dit, les exploitants de plages privées sont conscients que la reprise sera difficile. En effet, le chiffre d'affaires de ces lieux prisés des vacanciers provient essentiellement des touristes étrangers, en voyages d'affaires notamment. À Beau Rivage, cette clientèle représente 80 % des revenus et 20 % issus des business trips. « Même avec une forte activité cet été », le manque à gagner ne sera pas compensé, a fait savoir la directrice de l'établissement, Séverine Jaffeux, à 20 Minutes. Vue imprenable sur l'horizon, plats de poisson frais, confortables transats… Les plages se donnent les moyens de combler leurs clients, bien décidés à se déconfiner de la meilleure des manières : allongés, face à la mer.

19 h 27 - À Paris, les terrasses font le plein

Les Parisiens goûtent enfin, ce mercredi, le goût d'une pression fraîche sur les terrasses de la capitale. Les bars et cafés voient affluer les clients en sortie du bureau, bien décidés à profiter du jour avant le couvre-feu, désormais fixé à 21 heures. Et dans certains quartiers, la foule des grands soirs a répondu présent. Comme l'a remarqué Le Figaro, les terrasses de l'Est parisien sont bondées. « Ça m'avait tellement manqué. Demain, je vais retourner au bar, et au restaurant, puis j'irai au cinéma, et faire les boutiques… », s'enthousiasme une cliente interviewée par le journal. Avec une telle affluence à l'extérieur des restaurants, difficile de respecter les gestes barrières. Par endroits, les tables paraissent d'ailleurs bien proches, alors qu'une distance d'un mètre est censée séparer les tablées. Dans l'euphorie des retrouvailles, les Parisiens se pressent sur le moindre coin libre où s'installer, attablés sans masque, profitant des derniers rayons de la journée malgré la météo capricieuse.

Consultez notre dossier : Coronavirus : le monde à l’arrêt

Partager: