#

À Auron, des parents d'élèves "stupéfaits" de voir leur école vendue

À Auron, des parents d'élèves "stupéfaits" de voir leur école vendue

À Auron, des parents d'élèves "stupéfaits" de voir leur école vendue

Des parents d’élèves d’Auron se sont étranglés. Depuis quelques semaines, un panneau a été posé devant l’établissement scolaire de la station, appartenant à Saint-Étienne-de-Tinée, annonçant un projet immobilier à venir: "Ici, bientôt, appartements neufs du studio au 4-pièces duplex."

Des familles, pour qui la municipalité devait encore trancher sur l’avenir – destruction ou rénovation – de cette école jugée vétuste, se disent "stupéfaites" d’apprendre que son sort est déjà acté.

Et les interrogations fusent. "Depuis un an, on est dans le flou complet, détaille un d’eux. On n’a jamais eu aucune information officielle, on nous avait dit qu’il n’y avait aucun projet… Si cette école est vendue, est-ce qu’une autre sera construite à temps? On a peur qu’on nous fasse descendre à Saint-Étienne, parce que la nouvelle ne sera pas prête."

Un projet monté tel un château de cartes

La maire les Républicains, Colette Fabron, se dit "surprise" que la presse soit alertée. Si la population n’a pas été tenue au courant, c’est que rien n’est encore acté, assure-t-elle: "Avant d’aller voir les gens, il faut un projet ficelé, des éléments précis."

La maire rembobine le fil d’une "opération à tiroirs". Ou plutôt, un château de cartes. Avec à la base, un constat: l’état de l’école "vétuste" à laquelle tiennent les anciens de la station. "Il y a de l’infiltration au niveau du toit, il n’y a aucune isolation et aucun accès PMR [personne à mobilité réduite]", argumente Colette Fabron.

Surtout, cette petite école à une classe ne colle pas avec les ambitions que la maire projette pour Auron, symbolisées par les multiples constructions de luxe: "On compte sur ce développement, on a prévu de construire trois classes."

La parcelle vendue… sous conditions

À Auron, des parents d'élèves

En janvier 2021, elle dit à Nice-Matin réfléchir entre rénovation et destruction, mais, en réalité, sa décision est prise depuis plusieurs mois au moins: le 18 septembre 2020, le conseil municipal adopte à l’unanimité la vente de la parcelle de 900m² à la société Sagec, pour 3,1 millions d’euros. Mais avec un caractère suspensif: la vente n’est effective que si la commune a toutes les certitudes de pouvoir construire sa nouvelle école.

Le 26 août, le conseil municipal porte son choix sur un terrain municipal situé en face de la nouvelle piscine. Reste, désormais à ficeler le projet et à déposer le permis de construire. Qui ne sera pas validé avant "quatre ou six mois".

Viendra ensuite la construction de l’école. "Elle sera mise en service d’ici deux ans, c’est pour ça qu’on ne s’est pas précipité, insiste Colette Fabron. Mais l’école ne fermera que quand l’autre sera prête. Il n’a jamais été question de fermer l’école d’Auron."

Les enfants dans des bungalows?

La Sagec aurait-elle mis la charrue avant les bœufs avec son panneau faisant la promotion des 59 logements potentiels? "On est là dans une pratique courante et classique, répond le directeur d’agence Sagec Méditerranée, Philippe Manhes. Dans le logement neuf, on achète les terrains que lorsqu’il y a un pourcentage de logements vendus. On a commencé à communiquer au moment où il y avait le plus de monde à Auron: les vacances de Noël."

Tout de même, pourquoi aussi tôt? Tout simplement parce que Philippe Manhes n’évoque pas les mêmes échéances: "On doit commencer les travaux fin 2022, c’est le calendrier qu’on nous a communiqué. Ce qui veut dire que la mairie doit trouver une solution d’ici la fin de l’année: on ne va pas faire les travaux avec les enfants. Peut être la mairie a-t-elle une solution transitoire…"

Du coup, nouveau coup de fil à Colette Fabron, qui change sa version: "Ça dépendra, si les choses vont vite pour tout le monde, on prévoira des solutions de repli: on a une salle forum, on peut louer des bungalows… Mais l’école restera à Auron et n’ira pas à Saint-Étienne, ce n’est pas le but."

Ce lundi soir, une réunion d’information doit avoir lieu à l’école avec les parents d’élèves. Histoire de clarifier la situation.

Partager: