#

Conférence de presse du 14 décembre 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin

Conférence de presse du 14 décembre 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin

Conférence de presse du 14 décembre 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin

CRI : Nous avons remarqué que le 12 décembre a eu lieu la cérémonie de lancementdes projets de bien-être social avec l’assistance de la Chine, y compris le forage de puits dans l’enceinte du Ministère de la Justice du gouvernement intérimaire en Afghanistan. Le 13 décembre, la cérémonie de remise du deuxième lot de fournitures d’hiver offertes par le gouvernement chinois dans le cadre de l’aide humanitaire d’urgence à l’Afghanistan s’est tenue à Kaboul. Pourriez-vous nous en dire plus sur la situation concernée ? Quelles mesures la Chine prendra-t-elle pour contribuer davantage à la reconstruction économique et au développement autonome de l’Afghanistan ?

Wang Wenbin : En tant que voisin et ami sincère de l’Afghanistan, la Chine a offert son soutien à la paix, à la reconstruction et au développement économique de l’Afghanistan au mieux de ses capacités. Les projets de bien-être social que vous avez mentionnés permettront aux populations locales d’accéder plus facilement à l’eau et d’améliorer leurs conditions de vie. En moins de deux mois, les projets sont passés du stade de la proposition à celui de la construction réelle. Cela démontre la volonté de la Chine d’honorer son engagement et de tenir sa parole, ainsi que nos sentiments amicaux envers le peuple afghan. Dans le même temps, la partie chinoise a également coordonné les acteurs gouvernementaux, infranationaux et privés pour fournir une série d’aides humanitaires à l’Afghanistan. Des dizaines de milliers de tonnes de nourriture, de produits de première nécessité, de fournitures médicales et d’hiver, de vaccins contre la COVID-19, entre autres, ont afflué en Afghanistan. Les fournitures livrées le 13 décembre en font partie. La Chine continuera de fournir une aide humanitaire d’urgence et d’aider le peuple afghan à surmonter les difficultés temporaires par des actions concrètes.

En outre, la Chine a aidé le peuple afghan en élargissant le commerce bilatéral. Au cours des deux derniers mois environ, plus de 1 000 tonnes de pignons d’Afghanistan ont été vendues à la Chine via le « couloir aérien des pignons ». Il s’agit d’une contribution concrète aux efforts déployés par l’Afghanistan pour stabiliser l’ordre social et relancer son économie. La Chine est prête à explorer la coopération dans le domaine de la reconstruction économique une fois que la situation en Afghanistan sera stabilisée et que les conditions de sécurité seront réunies. Cela aidera l’Afghanistan à tirer parti de ses avantages géographiques en tant que « cœur de l’Asie » pour améliorer la connectivité régionale et renforcer sa capacité autonome en matière de développement.

AFP : Le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a exhorté la Chine à cesser les « actions agressives » dans l’Indo-Pacifique. Quelle est la réaction du Ministère des Affaires étrangères à ses propos ?

Wang Wenbin : J’ai pris note des reportages des médias sur les remarques du secrétaire d’État Blinken lors de sa visite dans des pays asiatiques. Je tiens à souligner que tout en claironnant la soi-disant « menace chinoise », les États-Unis disent qu’ils ne veulent pas de conflit avec la Chine. Une telle approche contradictoire n’est pas conforme à l’esprit de la rencontre entre les chefs d’État chinois et américain et sera difficilement reconnue par les pays de la région.

Si les États-Unis veulent vraiment jouer un rôle constructif dans la promotion de la paix et du développement dans la région Asie-Pacifique, comme ils le prétendent, ils devraient sincèrement respecter l’architecture de coopération régionale centrée sur l’ASEAN, au lieu de tracer des lignes idéologiques, de créer de petites cliques et d’inciter à la confrontation des blocs. Ils devraient respecter les efforts déployés par la Chine et les pays de l’ASEAN pour maintenir la paix et la stabilité en mer de Chine méridionale, au lieu d’envoyer fréquemment des navires et des avions en mer de Chine méridionale pour montrer leurs muscles et provoquer des troubles. Ils devraient être un promoteur du dialogue et de la coopération dans la région, plutôt qu’un saboteur qui sème la discorde entre les pays de la région et sape la solidarité et la coopération régionales.

La pratique des États-Unis consistant à inciter à la division, à l’éloignement et à la confrontation est impopulaire dans le monde, et cela ne fonctionnera pas non plus dans la région Asie-Pacifique.

Hubei Media Group : La Conférence sur la coopération en matière d’innovation Chine-Afrique 2021 s’est ouverte le 12 décembre à Wuhan, dans la province du Hubei. Avez-vous plus d’informations à ce sujet ? Et pourriez-vous nous informer des résultats de la coopération sino-africaine en matière d’innovation scientifique et technologique ces dernières années ?

Wang Wenbin : La Conférence sur la coopération en matière d’innovation Chine-Afrique 2021 s’est ouverte le 12 décembre à Wuhan, dans la province du Hubei. Placé sous le thème « Embrasser un avenir meilleur grâce à la coopération en matière d’innovation », l’événement constitue une mesure pour mettre en œuvre l’esprit du discours important du président Xi Jinping sur la construction d’une communauté de destin Chine-Afrique dans la nouvelle ère lors de la cérémonie d’ouverture de la 8e Conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA). Durant cette conférence, un total de 15 projets internationaux de coopération scientifique et technologique avec l’Afrique ont été signés. Une série d’activités ont également été organisées, y compris un forum sur la coopération en matière d’innovation Chine-Afrique, une exposition sur les résultats de la coopération en matière d’innovation Chine-Afrique et une visite dans le Hubei de diplomates africains accrédités en Chine sur le thème de l’innovation scientifique et technologique. Tout cela aide la Chine et l’Afrique à mieux partager les ressources internationales en matière d’innovation.

La Chine et l’Afrique ont toujours été de bons frères et partenaires partageant heurs et malheurs. L’esprit d’amitié et de coopération Chine-Afrique s’inscrivant dans la durée est la source de force de notre coopération pragmatique, y compris dans le domaine de l’innovation scientifique et technologique. Ces dernières années, la coopération sino-africaine en matière d’innovation scientifique et technologique a été en plein essor. La Chine a activement mis en œuvre le plan d’action de coopération en matière de science, de technologie et d’innovation dans le cadre de « la Ceinture et la Route », a fait avancer le programme de partenariat scientifique et technologique Chine-Afrique, a partagé avec les pays africains ses progrès en science et technologie ainsi que son expérience dans le développement innovant, et a aidé les pays africains à développer leur économie, à améliorer les moyens de subsistance des populations, à améliorer la gouvernance sociale et à renforcer la protection de l’environnement. Jusqu’à présent, la Chine a signé des accords de coopération scientifique et technologique intergouvernementaux et mis en place des mécanismes de coopération scientifique et technologique avec 16 pays africains. La Chine a développé des plates-formes de recherche conjointes avec de nombreux pays africains dans des domaines tels que l’agriculture, l’industrie légère et les nouvelles énergies ; ces plates-formes ont soutenu plus de 130 projets de recherche bilatéraux au cours de la dernière décennie. Le programme de jeunes scientifiques talentueux du Ministère chinois de la Science et de la Technologie a soutenu la recherche de plus de 300 jeunes scientifiques africains en Chine. Les cours de formation technique organisés par la Chine pour les pays en développement ont offert des possibilités de formation en Chine à près de 2 000 techniciens et fonctionnaires de 47 pays africains. Nous avons également mené plus de 30 programmes d’assistance scientifique et technologique en Afrique, donnant une forte impulsion au progrès technologique et au développement industriel des pays africains.

De nombreux pays africains en ont fait l’éloge. Des responsables gouvernementaux, dont le ministre égyptien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le ministre sud-africain de l’Enseignement supérieur, de la Science et de l’Innovation et le vice-ministre kenyan de l’Éducation, ainsi que les ambassadeurs du Gabon, de la Tanzanie, du Bénin et du Mali en Chine, ont tous exprimé, lors de la cérémonie d’ouverture ou lors d’entretiens sur place, leur espoir de renforcer davantage la coopération sino-africaine dans les domaines du numérique, de l’écologie, de l’IA, des échanges culturels, de l’innovation, de l’entrepreneuriat et d’autres domaines, afin que les acquis de l’innovation chinoise bénéficient à davantage d’Africains.

Face aux défis mondiaux tels que la pandémie de COVID-19 et le changement climatique, nous devons mettre en commun notre sagesse pour l’innovation et partager les acquis de la science et de la technologie dans le monde entier. La Chine est prête à travailler main dans la main avec les pays africains pour faire avancer la mise en œuvre des résultats scientifiques et technologiques de la 8e Conférence ministérielle du FCSA, et apporter une plus grande contribution à la construction d’une communauté de destin Chine-Afrique dans la nouvelle ère afin d’apporter plus d’avantages à nos peuples.

Agence de presse Xinhua : L’intelligence artificielle est une technologie émergente qui attire une grande attention dans le monde entier. Il y a quelques jours, la Chine a présenté son premier document de position sur la réglementation des applications militaires de l’intelligence artificielle lors de la 6e Conférence d’examen de la Convention sur l’interdiction ou la limitation de l’emploi de certaines armes classiques qui peuvent être considérées comme produisant des effets traumatiques excessifs ou comme frappant sans discrimination (CCW). Pourriez-vous nous informer du contexte ?

Wang Wenbin : Le monde connaît une nouvelle révolution technologique. L’intelligence artificielle (IA), en tant que technologie émergente largement appliquée, façonne profondément la société et la vie humaines. Les applications militaires des technologies de l’IA suscitent une attention croissante au sein de la communauté internationale. Nous sommes de plus en plus conscients qu’avec le développement de l’IA, une plus grande attention doit être accordée aux risques et défis de sécurité potentiels, la prévention et l’orientation prospectives doivent être renforcées et les risques doivent être réduits au maximum pour assurer un développement sûr, fiable et contrôlable de l’IA.

La Chine attache une grande importance aux risques de sécurité générés par les applications militaires des technologies de l’IA. Nous sommes d’avis que tous les pays doivent adhérer à une conception de sécurité mondiale commune, globale, coopérative et durable, construire un consensus sur la réglementation des applications militaires de l’IA par le dialogue et la coopération, et établir un mécanisme international avec une participation universelle.

Les technologies de l’IA sont étroitement liées aux discussions sur les systèmes d’armes létales autonomes dans le cadre de la CCW. Pour cette raison, la Chine, avec une attitude responsable, a présenté le document de position sur la réglementation des applications militaires de l’intelligence artificielle à la 6e Conférence d’examen de la CCW. Cela vise à préconiser le concept dit « l’IA pour le bien » et à appeler tous les pays à développer et à appliquer les technologies de l’IA dans le domaine militaire de manière responsable.

En tant que bâtisseur actif de la paix mondiale et défenseur résolu du multilatéralisme, la Chine est prête à intensifier les échanges et la coopération avec toutes les parties pour faire face correctement aux risques et aux défis posés par les applications militaires de l’IA et pour faire bénéficier les populations de tous les pays des technologies de l’IA.

CCTV : Le Ministère des Affaires étrangères du Venezuela a publié un communiqué pour protester contre la tactique des États-Unis consistant à ne pas envoyer d’officiels du gouvernement pour assister aux Jeux olympiques d’hiver de Beijing, affirmant qu’il s’agit d’une manipulation politique d’une poignée de pays visant à attaquer et diffamer le développement de la Chine. Le Comité olympique cubain a également condamné les actes soigneusement prémédités des pays concernés pour perturber les Jeux olympiques d’hiver de Beijing. Avez-vous un commentaire à faire ?

Wang Wenbin : Respecter la neutralité politique du Mouvement olympique et éviter de politiser le sport, tel est l’appel commun de la communauté internationale, en particulier des comités olympiques nationaux et des athlètes du monde entier. Outre le Venezuela et Cuba que vous avez mentionnés, des dirigeants et des responsables gouvernementaux de nombreux pays ont récemment déclaré que le Mouvement olympique ne devrait pas être politisé et qu’ils soutiennent le bon déroulement des Jeux d’hiver de Beijing. Le 10e Sommet olympique récemment organisé par le CIO a publié une déclaration soulignant que le sommet s’oppose fermement à toute politisation des Jeux olympiques et du sport. Nous apprécions cette position prise par les pays concernés et le CIO.

Comme le souligne la Charte olympique, « la pratique du sport est un droit humain ». La politisation des Jeux olympiques non seulement sape les droits humains des athlètes, mais constitue également une profanation de l’esprit olympique et va à l’encontre de la tendance de l’époque à la solidarité et à la coopération. Nous sommes convaincus que, grâce aux efforts concertés de toutes les parties, les Jeux olympiques d’hiver de Beijing seront une magnifique plate-forme pour mettre en pratique la devise olympique « Plus vite, plus haut, plus fort – Ensemble », atteindront l’objectif d’encourager 300 millions de personnes à pratiquer les sports d’hiver et contribueront aux efforts visant à construire un monde pacifique et meilleur.

Bloomberg : Encore une question sur les remarques d’Anthony Blinken. En effet, il a critiqué les actions de la Chine en Asie en les trouvant « agressives », mais il a également déclaré que l’administration Biden ne voulait pas de conflit en Asie et veillerait à ce que la concurrence avec la Chine ne dégénère pas en un conflit catastrophique. Avez-vous des commentaires à faire là-dessus ?

Wang Wenbin : Je viens d’exposer la position de la Chine sur cette question. Je voudrais réitérer ceci : les États-Unis prétendent qu’ils ne recherchent pas une nouvelle Guerre froide ou qu’ils n’obligent pas d’autres pays à prendre parti entre la Chine et les États-Unis, tout en s’accrochant obstinément à la mentalité de la Guerre froide et du jeu à somme nulle et en attisant la confrontation des blocs en Asie-Pacifique. Ceci est tout à fait contradictoire. Nous espérons que la partie américaine pourra suivre l’esprit du sommet virtuel des deux chefs d’État pour réaliser le respect mutuel, la coexistence pacifique et la coopération gagnant-gagnant avec la Chine, au lieu d’agir contrairement à ce qu’elle dit.

CNR : Le 8e Dialogue économique et financier de haut niveau Chine-France s’est déroulé avec succès par visioconférence le 13 décembre. Pourriez-vous nous en dire plus sur les résultats obtenus lors du dialogue ?

Wang Wenbin : Hier, le vice-Premier ministre Hu Chunhua et le ministre français de l’Économie, des Finances et de la Relance Bruno Le Maire ont coprésidé le 8e Dialogue économique et financier de haut niveau Chine-France par visioconférence. Nous avons publié un communiqué de presse sur l’événement.

Je tiens à souligner que la tenue de ce dialogue est un consensus important auquel sont parvenus les chefs d’État chinois et français lors de leur 7e conversation téléphonique depuis le début de l’épidémie de COVID-19. Il est d’une grande importance pour préparer les échanges de haut niveau sino-français dans la prochaine étape et réaliser un plus grand développement des relations bilatérales après avoir résisté à l’épreuve de la COVID-19.

Le dialogue a produit des résultats positifs dans les aspects suivants. Premièrement, les deux parties ont eu un échange de vues approfondi sur des questions telles que la promotion de la coopération internationale et multilatérale sur la reprise économique mondiale post-COVID et l’approfondissement de la coopération bilatérale pragmatique. Cela a amélioré la compréhension mutuelle et renforcé la confiance politique mutuelle. Deuxièmement, les deux parties ont atteint 54 résultats de coopération en matière de coordination des politiques macroéconomiques internationales, en particulier de coopération bilatérale dans des domaines clés et des projets majeurs. Ces résultats couvrent des domaines tels que l’économie et le commerce, l’agriculture, l’aérospatiale, l’énergie nucléaire civile, l’innovation scientifique et technologique, la finance et les marchés tiers. Cela démontre le fort consensus des deux parties sur le développement et l’approfondissement des relations économiques et financières bilatérales. Troisièmement, les deux parties ont souligné la nécessité de renforcer le partenariat pour le développement mondial pour mettre en œuvre les objectifs de développement durable, de soutenir le rôle essentiel du G20 dans l’amélioration de la gouvernance économique mondiale et de s’opposer au protectionnisme sous toutes ses formes. Ensemble, les deux parties ont envoyé un message positif selon lequel la Chine et la France travaillent de concert pour relever les défis mondiaux tels que la COVID-19 et le changement climatique, défendre le multilatéralisme, maintenir la stabilité et la fluidité des chaînes industrielles et d’approvisionnement mondiales et construire une économie mondiale ouverte.

Ce dialogue a démontré l’immense potentiel de la coopération sino-française. Nous sommes prêts à travailler avec la partie française pour approfondir la coopération dans divers domaines, maintenir une communication et une coordination étroites sur les grandes questions internationales telles que le maintien et la pratique du multilatéralisme, la promotion de la coopération internationale antiépidémique et de la reprise économique post-COVID, et l’amélioration de la gouvernance mondiale, faire progresser constamment les relations bilatérales et apporter notre part de contribution à la sauvegarde de la paix, de la stabilité et du développement dans le monde.

Beijing Daily : La Chambre de commerce de Chine en Allemagne a publié le 13 décembre une étude montrant que les entreprises chinoises en Allemagne ont apporté une contribution positive à l’économie allemande en termes d’emploi, d’investissement et d’accomplissement des responsabilités sociales. Quel est le commentaire de la Chine ?

Wang Wenbin : J’ai pris note de cette étude. Elle montre que les employés locaux représentent 93% des employés des entreprises chinoises en Allemagne. Les 350 entreprises chinoises en Allemagne sondées cette fois, à elles seules, ont créé plus de 50 000 emplois. Parmi elles, plus de 70 % prévoient d’investir davantage en Allemagne dans les trois à cinq prochaines années, et plus de 90 % ont inclus les responsabilités sociales dans leur programme.

La coopération sino-allemande est de nature mutuellement bénéfique et profite directement aux deux peuples. Malgré l’impact de la COVID-19, le commerce entre les deux pays a enregistré une croissance l’année dernière et a augmenté de 15,9% en glissement annuel au cours des 11 premiers mois de cette année. Cela montre pleinement le haut niveau, la grande résilience et l’immense potentiel de la coopération économique et commerciale sino-allemande. Les plus de 2 000 entreprises chinoises en Allemagne et les plus de 7 000 entreprises allemandes en Chine constituent la force vive de la coopération bilatérale. Les deux parties doivent rester attachées à une ouverture dans les deux sens. La Chine invite toutes les entreprises étrangères, y compris celles d’Allemagne, à investir et à opérer en Chine, et à partager les opportunités créées par le développement de la Chine en vue d’obtenir des bénéfices mutuels et des résultats gagnant-gagnant. Nous espérons également que la partie allemande pourra continuer à offrir un environnement commercial juste et non discriminatoire aux entreprises chinoises, travailler avec la Chine pour promouvoir un développement stable et sain de la coopération économique et commerciale sino-allemande, et contribuer conjointement à la reprise économique mondiale post-COVID.

Shenzhen TV : Le 13 décembre HNE, le New York Times, en citant un haut responsable du Pentagone, a rapporté que le secrétaire à la Défense Lloyd Austin avait approuvé les recommandations de deux hauts commandants selon lesquelles aucun militaire américain ne serait puni pour la frappe de drones à Kaboul ayant causé la mort de 10 civils. Avez-vous un commentaire à faire ?

Wang Wenbin : L’atrocité des troupes américaines consistant à tuer des civils en Afghanistan est inacceptable. Il est d’autant plus scandaleux que les États-Unis disculpent les auteurs en toute impunité pour divers motifs.

Alors que les États-Unis parlaient de « démocratie » et de « droits de l’homme » au « Sommet pour la démocratie », les innocents Afghans abattus par l’armée américaine ont été ignorés et leurs familles n’ont eu aucun endroit pour réclamer justice. Telle est la réalité cruelle qu’ont apportée au monde la « démocratie » et les « droits de l’homme » prônés par les États-Unis.

Nous condamnons l’intervention militaire brutale des États-Unis en Afghanistan, en Irak et en Syrie au nom de la « démocratie » et des « droits de l’homme ». Nous appelons la communauté internationale à enquêter sur les crimes de guerre commis par l’armée américaine consistant à tuer des civils innocents dans le monde et à la tenir pour responsable.

La justice peut être en retard, mais jamais absente ! L’époque où les États-Unis agissaient arbitrairement dans le monde sous le prétexte des soi-disant « démocratie » et « droits de l’homme » est révolue. Le jour des comptes finira par arriver pour l’armée américaine, qui a commis le crime de tuer des civils innocents dans de nombreux pays.

Agence Anadolu : Le président de la République de Corée Moon Jae-in a déclaré lors de sa visite en Australie que la République de Corée et la RPDC, ainsi que les États-Unis et la Chine, avaient convenu de déclarer la fin de la guerre de Corée, mais les pourparlers n’ont pas encore commencé. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Mettre fin à l’état de guerre sur la péninsule coréenne et remplacer l’armistice par un traité de paix est une partie importante du règlement politique de la question de la péninsule coréenne et l’aspiration partagée de la communauté internationale. En tant que signataire de l’Accord d’armistice de la guerre de Corée, la Chine maintient la communication et la coordination avec les parties concernées sur la question de la péninsule et continuera de jouer un rôle constructif à cet égard.

Partager: