#

Christine Clerc – La nouvelle vie des ex-présidents

Christine Clerc – La nouvelle vie des ex-présidents

Christine Clerc – La nouvelle vie des ex-présidents

CHRONIQUE. Une fois battus, les anciens chefs d'État essaient de se réinventer pour continuer de peser dans la vie publique. Exercice ô combien difficile.

Par Christine Clerc
Publié le
Lien copiéCopier le lien

Ah, que le sable était chaud et les baigneurs, sympas ! Jamais François Hollande n'oubliera ses premières vacances sur la plage de Brégançon. C'était en août 2012, à la veille de ses 60 ans. Aux côtés de Valérie Trierweiler en baskets, le nouveau président, qui avait remporté la victoire en désignant son « véritable adversaire, le monde de la finance », venait à la rencontre des vacanciers vêtu d'un polo trop large et d'un pantalon de toile froissé. Quelle simplicité !

Bientôt, pourtant, tel son prédécesseur Nicolas Sarkozy qui avait gravi en short, de retour de son jogging matinal, les marches de l'Élysée, le nouveau président socialiste allait s'en rendre compte : ce n'était pas cela que les citoyens, fussent-ils de gauche, attendaient. Pas un homme ordinaire, s'habillant, marchant, pa...

Vous lisez actuellement : Christine Clerc – La nouvelle vie des ex-présidents
100 %
De Gaulle - Penser, résister, gouverner

Son nom est devenu synonyme d’une France libre et puissante. De Gaulle, l’homme de l’appel du 18 juin s’est imposé dans l’histoire d’abord comme un rebelle, un résistant puis comme un leader politique charismatique, en France comme à l’étranger. Adoré, haï du temps de sa présidence, il est devenu après sa mort un mythe, un idéal d’homme politique qu’à droite comme à gauche on se prend à regretter.

Je commande le hors-série (9,90€)
2 CommentairesCommenter
Vous ne pouvez plus réagir aux articles suite à la soumission de contributions ne répondant pas à la charte de modération du Point.
> Consulter la charte de modération> Contacter le service modération
Par AM2B

Christine Clerc – La nouvelle vie des ex-présidents

@$@

Parmi les présidents de la Vème République, De Gaulle, Pompidou, Mitterand ne sont pas concernés pour cause de décès précoce. Chirac non plus pour cause de condamnation, de l'âge, mais surtout parce qu'il ne serait certainement pas abaissé à grappiller des sous en donnant des conférences ou en monnayant son carnet d'adresses dans la finance. Hollande au moins, malgré tous ses défauts, n'a jusqu'à présent jamais cédé à ce vilain penchant, ni Giscard. On ne peut pas en dire autant de Sarkozy et de son premier ministre Fillon. Ces deux là n'ont aucune décence. Comme Blair, Schroeder ou Barroso. Que va faire Manu-Jupiter, s'il est battu à même pas 45 ans en avril ? Il ne pourra pas réintégrer l'Inspection des finances dont il a démissioné. Redevenir associé de la banque Rotschild ? Peu probable. Administrateur chez Pfizer ? Ça n'étonnerait pas grand monde.

Signaler un contenu abusif
Par Jcmlr17!

Christine

Ah comme cet article fleure bon l'ancien sobriquet dont vous affublait les gauchistes quand vous étiez toute jeune et débutante au Figaro. Christine Clerc au chevet d'anciens présidents déchus : " la petite soeur des riches" !... À moins que ce ne soit Stéphane Bern.

Signaler un contenu abusif

Veuillez remplir tous les champs obligatoires avant de soumettre votre commentaire

Le titre du commentaire est obligatoire

Le texte du commentaire est obligatoire

Envoyer

Voir les conditions d'utilisation

Ajouter un pseudo

Vous devez renseigner un pseudo avant de pouvoir commenter un article.

Pseudo incorrect
Créer un brouillon

un brouillon est déjà présent dans votre espace commentaire.

Vous ne pouvez en sauvegarder qu'un

Pour conserver le précédent brouillon, cliquez sur annuler.

Pour sauvegarder le nouveau brouillon, cliquez sur enregistrer

Créer un brouillon

Erreur lors de la sauvegarde du brouillon.

Partager: