#

Redécouvrez Paris, la Ville-Lumière et ses secrets

Redécouvrez Paris, la Ville-Lumière et ses secrets

Redécouvrez Paris, la Ville-Lumière et ses secrets

Us et coutumes

En terrasse. Impossible de visiter Paris sans aller boire un café en terrasse. Leur apparition remonte au XVIIe siècle, lorsque Louis XIV décide de détruire l'enceinte édifiée par Charles V. Les Parisiens prennent alors l'habitude de se balader le long des anciens remparts, de la Bastille à Richelieu-Drouot. Et les propriétaires des immeubles longeant la promenade commencent à louer leurs pas-de-porte aux cafetiers.

L'info en plus

Inaugurée le 19 juillet 1900, la première ligne du métro reliait la porte Maillot à celle de Vincennes.

Des collines éternelles

Saviez-vous que Paris possède cinq collines ? Une bonne occasion de voir la ville de haut. Pour grimper jusqu’à son point culminant, c’est sur la Butte Montmartre qu’il faudra vous rendre, au cimetière du calvaire, juste derrière le Sacré Cœur. Vous vous trouverez là à 131 mètres d’altitude. A peine plus qu’à l’entrée du cimetière de Belleville (rue du Télégraphe) et ses 128 mètres. Tout près, ne manquez pas la colline de Ménilmontant, les Buttes-Chaumont et la Butte Bergeyre (100 mètres environ).

38 millions

C’est le nombre de touristes qui, en 2019, ont visité Paris. Plus de 50 millions si l’on compte l’ensemble de l’Ile-de-France. Un record ! Qui n’a malheureusement pas été renouvelé en 2020, la région n’ayant reçu « que » 17,5 millions de visiteurs en raison de la pandémie.

L'architecture parisienne

Entre 1852 et 1870, le baron Haussmann conçoit son projet pharaonique pour embellir Paris, avec des codes stricts : en pierre de taille, les immeubles doivent être de même hauteur et limités à 6 étages, avec balcons aux 2e et au 5e. Quant au 6e, il est réservé aux chambres de bonne.

La cafetière à percolation est née ici

Redécouvrez Paris, la Ville-Lumière et ses secrets

En 1800, apparaît en France la première cafetière à percolation qui, comme aujourd’hui, utilisait déjà deux récipients séparés : d’un côté l’eau bouillante, de l’autre les grains de café. Cette invention révolutionnaire nous vient d’un certain Jean-Baptiste de Belloy (1709-1808), alors cardinal et archevêque de Paris. Proche de Napoléon et du pape Pie VII, il est inhumé à la cathédrale Notre-Dame.

Lépine, un inventeur né

En 1893, Louis Lépine est préfet de police. Pour lutter contre l’insécurité, causée notamment par les bandes rivales, il créé la Brigade criminelle, les brigades fluviale et cycliste, les permanences dans les commissariats. Il met aussi en place les passages piétons, les sens uniques et giratoires. Mais c’est pour la création en 1901 du concours qui couronne chaque année les meilleures inventions qu’il passe à la postérité !

Paname, le surnom de Paris

Selon certains historiens, si Paris est surnommée Paname, c’est en raison du scandale financier du canal du Panamá qui, en 1889, éclaboussa des politiciens et des industriels parisiens. Pour d’autres, Paname viendrait plutôt du chapeau panama, très à la mode à l’époque.

Paroles du cru

« Ça se bouscule au portillon »

Autrement dit, il y a foule ! Autrefois, dans le métro, quand des poinçonneurs validaient les tickets à l’entrée des quais, les files d’attente étaient nombreuses.

« Sois là à midi pétante »

Ne soyez pas en retard ! Cette expression date de 1786, quand un canon solaire fut installé dans le jardin du Palais-Royal. Chaque jour, il tonnait à midi.

« Je ne vais pas attendre 107 ans ! »

Votre interlocuteur ignore sans doute qu’il fait référence à la durée de construction de Notre-Dame telle que l’ont longtemps mémorisée les Parisiens. En réalité, le chantier dura bien plus de 107 ans.

« Désolé, mais je suis charrette »

Au XIXe siècle, quant ils étaient en retard, les étudiants de l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Malaquais utilisaient les charrettes des vendeurs de rues pour se déplacer rapidement, lançant cette expression signifiant « être débordé par le travail ».

« Métro, boulot, dodo »

Cette expression soulignant le train-train quotidien fut inventée dans les années 1950 par Pierre Very, écrivain et patron de la librairie du Zodiaque située rue Monsieur-le-Prince.

A lire aussi :

⋙ Visiter Paris : zoom sur la Bourse de commerce, un nouvel écrin pour l'art⋙ Kopain : Christophe Michalak ouvre sa première boulangerie à Paris⋙ Qui est Lolo, l'âne peintre de Montmartre ?

Article paru dans le numéro Femme Actuelle Jeux Régions n°28 décembre 2021-janvier 2022

Partager: