#

Les deux mains dans l’écoresponsabilité | JDM

Les deux mains dans l’écoresponsabilité | JDM

Les deux mains dans l’écoresponsabilité | JDM

Présenté par

Il y a des entreprises qui ont la chance de connaître un succès instantané. C’est ce qui est arrivé à Lasclay, dont le premier produit, des mitaines isolées avec de la fibre d’asclépiade, s’est envolé comme des petits pains chauds dès sa prévente annoncée sur Facebook, à l’automne 2020.

« Avant de se lancer dans la production, on a voulu tester le marché. La réponse du public a été au-delà de nos attentes. On pensait en vendre 100 paires. Finalement, en quelques heures, on en a vendu plus de 1000 », raconte Gabriel Gouveia, cofondateur de la jeune entreprise.

Le succès ne s’est pas démenti cette année. Les objectifs de vente pourtant élevés ont été fracassés lors de la prévente de Noël.

« En deux jours, on avait dépassé notre chiffre d’affaires de l’an dernier, précise-t-il. On a fait une percée hors du Québec avec un volume important de ventes dans le reste du Canada. On a également fait nos premières ventes aux États-Unis. »

Des vêtements écoresponsables

Il y avait déjà quelques années que lui et son associé, Phil Langlois, jonglaient avec l’idée de se lancer dans la conception de vêtements d’hiver fabriqués avec de la fibre d’asclépiade, une plante indigène cultivée au Québec qui est considérée comme la « soie d’Amérique ».

« La fibre a des propriétés isolantes supérieures au synthétique et similaires au duvet. L’asclépiade a aussi l’avantage d’être au cœur d’un écosystème biologique. Elle attire les monarques, une espèce en péril, et plein d’autres pollinisateurs. Plus elle sera cultivée, mieux la planète se portera », explique Gabriel Gouveia, qui se définit comme un environnementaliste de cœur.

Les deux mains dans l’écoresponsabilité | JDM

Lasclay favorise l’achat local. C’est un producteur du Lac-Saint-Jean qui est leur principal fournisseur d’asclépiade. Selon M. Gouveia, l’entreprise serait la seule qui utilise 100 % de fibre d’asclépiade comme isolant. C’est que la matière pose des défis techniques lors de la fabrication, que les associés ont fait en sorte de résoudre.

« La fibre est très fine, il faut un équipement spécialisé pour la traiter. Elle a aussi tendance à s’agglomérer au fil des lavages. Il a fallu modifier notre méthode de fabrication pour faire en sorte qu’elle reste bien en place », précise le jeune entrepreneur.

Nouveaux produits

Malgré le succès rapide, les associés – qui sont maintenant trois avec l’arrivée de Yan Poirier, l’expert en équipement de fabrication – gardent les deux pieds sur terre.

Avant de se lancer dans la fabrication à grand volume, ils veulent en maîtriser tous les aspects. Ils ont récemment investi dans l’achat d’équipement spécialisé afin de rapatrier une partie de la production et ainsi gagner en productivité.

Si les mitaines viennent en plusieurs tailles, elles ne sont offertes qu’en une seule couleur pour le moment, soit noire. Elles conviennent autant aux hommes qu’aux femmes.

« Notre approche unisexe nous sert bien. Cela simplifie la fabrication », dit-il.

Ils ont toutefois plein de projets dans les cartons. Après les mitaines et les foulards – nouveaux de cette année et eux aussi entièrement isolés à la fibre d’asclépiade –, ils projettent de concevoir d’autres produits, éventuellement des manteaux.

« Notre objectif serait d’habiller les gens de la tête aux pieds. »

Ils ont annoncé pour 2022 le lancement d’une glacière isotherme. Ils ont également constaté qu’il y avait une forte demande pour des sacs à lunch et des sacs à dos isothermes. Des produits qui leur ouvriraient les portes de nouveaux marchés.

« Avec les mitaines, on est limité aux pays où il fait froid, tandis que partout dans le monde les gens ont besoin de conserver des aliments au frais », affirme Gabriel Gouveia.

Pour lancer ces nouveaux produits, ils vont conserver la recette qui leur a si bien réussi jusqu’à maintenant, soit les offrir en prévente sur leur boutique en ligne.

« On s’assure ainsi d’avoir les fonds nécessaires pour lancer la production, dit-il. C’est aussi de cette façon qu’on a pu financer à l’interne nos projets de développement. »

Petit train va loin, dit-on. Lasclay est bien parti pour prouver l’adage.

Lasclay

Date de fondation : 2020

Activités : conception et fabrication de vêtements et autres objets isolés à l’asclépiade

Actionnaires : Gabriel Gouveia, Phil Langlois, Yan Poirier

Nombre d’employés : 3

Pour d’autres articles sur le même sujet, consultez le blogue de Vidéotron Affaires

Partager: