#

10 conseils pour optimiser votre budget shopping cette année

10 conseils pour optimiser votre budget shopping cette année

10 conseils pour optimiser votre budget shopping cette année

1 - Ne pas diaboliser le shopping.

Hey, on a tous besoin de s’habiller le matin. Et nos vêtements fétiches s’useront toujours plus vite que prévu, même en étant de bonne qualité. Donc le shopping en soi n’est pas l’ennemi. C’est votre serviteur et votre allié, tant qu’il est pratiqué en cohérence avec votre garde-robe existante. Chaque nouvel entrant dans votre penderie doit jouer collectif et servir les petits camarades déjà en place. Si un nouveau collier (ou un blazer) vous permet de glamouriser quelques looks décontractés et donc de ne plus les cantonner au week-end, c’est un bon coéquipier. Si une acquisition à petit prix végète sur cintre faute d’occasions pour être arborée, c’est de l’argent et de l’espace perdus. Dans votre team, personne ne restera sur le banc.

2 - Monitorer ses dépenses.

On dit bien monitorer et pas plafonner. Le mot d’ordre n’est pas de vous fixer un montant mensuel et de vous y tenir coûte que coûte, mais de rendre l’acte et le volume d’achats lisible, quantifiable, instructif. Car savez-vous combien vous dépensez chaque année en shopping ? Réellement ? Commencez avec vos acquisitions de 2021, mois par mois, en les indexant dans un outil ludique qui vous ressemble. Carnet dédié, tableur, board Pinterest ou Trello, tout est possible, tant que ce petit inventaire vous procure du plaisir et de la visibilité. Une fois que vous aurez tout consigné pour 2021 et calculé le montant total, vous tenez un premier repère : votre budget « de référence » pour 2022.

3 - Faire la rétrospective de ses achats calamiteux.

C’est une chose de le savoir. Une autre de l’écrire. Affrontez vos flops noir sur blanc. Ce jean qui vous scie les intestins, ce pull flingué dès la deuxième lessive, cette robe qui, à bien y réfléchir, vous mémérise un peu… Mettez des mots sur les rencontres manquées des douze derniers mois. Elles font partie du jeu, certes, mais à condition de vous enseigner quelque chose.

4 - Dresser son calendrier de « vulnérabilité ».

Tout en listant vos dépenses passées, regardez leurs dates. Quel a été le mois le plus dense en achats ? Février parce que vous manquez de tonus et de vitamine D ? Juin parce que vous avez cravaché toute l’année et que les vacances approchent ? Et quel jour de la semaine revient le plus régulièrement dans vos bons de commande ? Le lundi pour oublier votre boss toxique ? Le mercredi pendant la sieste du petit dernier ? Ou le vendredi pour vous rêver en oiseau de nuit, vous qui ne sortez plus ? Repérez ces récurrences d’agenda, elles sont votre « calendrier de vulnérabilité » : ces périodes où vous saurez que le shopping va vous démanger, pour un tas de raisons étrangères aux vêtements.

5 - Se méfier des intemporels.

10 conseils pour optimiser votre budget shopping cette année

On se l’avoue, les “intemporels” sont souvent des basiques un peu barbants. Qui coûtent cher, s’abîment à la même cadence que le reste et seront frustrants s’ils n’égayent pas le quotidien. Vous n’y trouverez pas votre compte et votre shopping libido n’en sera que plus déchaînée à moyen terme. On n’est - par bonheur ! - pas tous faits pour s’habiller de la même manière, donc optimiser vos dépenses, cela veut dire en premier lieu respecter votre style. En envisageant les pièces les plus singulières - pourquoi pas si elles vous ressemblent ? - mais en ayant des partenaires opérationnels dans votre penderie. Si vous convoitez tel haut coloré, il faut imaginer d’emblée quels bas, manteau et chaussures iront avec. Et si possible, les avoir déjà dans votre dressing.

6 - Conjuguer pièces fortes et faire-valoir.

Certains exhausteurs de looks semblent toujours pertinents à acquérir parce qu’ils « font le job » à eux seuls. Des rangers cloutées, des baskets color block, unerobe arc-en-ciel à la Carrie Bradshaw… Mais nous ne sommes pas toutes Sarah Jessica Parker, pas toutes vouées à superposer les pièces fortes sur une même silhouette. Assurez-vous donc, préalablement à une acquisition un peu flamboyante, d’avoir dans votre penderie des faire-valoir appropriés, plus neutres, pour doser vos effets. Une silhouette épurée, un peu « normcore » ne phagocytera pas les rangers cloutées ou les baskets color block. Des sandales en cuir naturel laisseront la vedette à la robe arc-en-ciel. L’objectif ? Anticiper cet équilibre à chaque séance shopping. Pour miser sur le panache, sans être overdressed.

7 - Arbitrer à domicile.

À moins d’avoir un tableau Excel dans le cerveau avec l’intégralité de votre garde-robe et de ses options vestimentaires, aucun achat fait en boutique n’est acté à 100%. Vous ne livrerez votre verdict qu’au terme d’uneséance d’essayage paisible et exhaustive, chez vous, avec tous vos vêtements sous la main. Car il ne suffit pas de trouver une belle association de couleurs ou d’imprimés pour scorer, il faut aussi s’assurer que matières et volumes cohabitent harmonieusement. Et bien sûr, c’est plus ardu en hiver qu’aux beaux jours, car les équations looks y sont par définition plus longues (manteau + haut + bas + collants + chaussures + sac) que leurs cousines estivales (se résumant parfois à robe + chaussures + sac). Prenez donc ce temps, sereinement, chez vous. S’il n’y a pas d’évidence, pas d’exaltation, retournez votre achat sans état d’âme. Vous n’êtes tenue de rien, par personne, même pas vous-même.

8 - Faire diversion pour faire ceinture.

Quand les factures et charges diverses s’accumulent et qu’il faut vous mettre à la diète shopping, entretenez votre flamme vestimentaire en devenant… téméraire. Délaissez votre wishlist jusqu’à nouvel ordre et essayez de nouvelles teintes, de nouveaux volumes, des pièces inhabituelles pour vous. C’est le moment ! Le but n’est plus d’acheter mais de s’amuser et d’apprendre. Profitez-en aussi pour choyer votre dressing. Assurez-vous qu’il soit aussi agréable à parcourir que possible, lisible, qu’il donne envie de vous poser, de tenter des connexions inédites entre fringues déjà portées, mais jamais ensemble. Et régulièrement, faites un raid dans les vêtements usés pour virer tout ce qui n’est plus nickel. N’ayez pas peur du vide. Il est synonyme de clarté. Et la clarté donne toujours de l’inspiration.

9 - Créer son SAV du shopping.

Vous mûrissez vos futurs achats en réunissant plein de photos d’inspiration ? Bravo ! Mais l’avez-vous fait pour les vêtements déjà présents dans votre placard ? Identifiez les plus singuliers d’entre eux (mini en cuir, col roulé ou pantalon flashy…) et consacrez à chacun une « notice » de style, en compulsant magazines, lookbooks, photos people, comptes Instagram ou Pinterest fétiches. Tous ces réservoirs d’inspiration que vous avez l’habitude de scanner avant un achat mais rarement après. Et vous aurez de belles surprises, découvrirez de nouvelles synergies avec ces trésors endormis. Tenez, votre jupe midi léopard, l’aviez-vous déjà associée à votre pull rouge ?

10 - Y aller mollo sur la seconde main.

Oui, il est devenu tentant de confier les clefs de sa penderie à Vinted et consorts. Mais l’attractivité de la seconde main et le turnover auquel elle incite si vous êtes également vendeuse (j’achète à mesure que je revends) ont aussi leurs effets pervers. Alimenter notre petit démon de la variété et de la nouveauté, encouragé à la voracité. Et qui vous serinera toujours le même refrain : «j’ai rien à me mettre». Et cette chanson-là, on sait tous comment elle se termine.

Partager: