#

Les Allemands en désaccord sur la question de la dissuasion nucléaire contre la Russie

Les Allemands en désaccord sur la question de la dissuasion nucléaire contre la Russie

Les Allemands en désaccord sur la question de la dissuasion nucléaire contre la Russie

Tous les matins, Les Capitales décrypte pour vous l’info à travers l’Europe

>> Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici


Aujourd’hui dans les Capitales

BERLIN

La ministre allemande de la Défense par intérim, Annegret Kramp-Karrenbauer, a déclaré que l’OTAN était prête à recourir à la dissuasion nucléaire en cas d’attaque russe contre un membre de l’Alliance. Cette déclaration a déclenché de vives réactions en Allemagne.

«  Nous devons faire comprendre très clairement à la Russie qu’en fin de compte — et c’est aussi la doctrine de dissuasion — nous sommes prêts à utiliser de tels moyens pour que cela ait un effet dissuasif en amont et que personne n’ait l’idée, par exemple, dans les zones au-dessus des États baltes ou en mer Noire, d’attaquer les partenaires de l’OTAN  », a-t-elle déclaré dans une interview à Dlf.

«  C’est l’idée principale de l’OTAN, de cette alliance, et elle sera adaptée au comportement actuel de la Russie. Nous constatons notamment des violations de l’espace aérien au-dessus des États baltes, mais également une augmentation des attaques autour de la mer Noire  », a-t-elle ajouté.

Ces déclarations surviennent alors que la Russie a annoncé la semaine dernière qu’elle allait rompre les contacts institutionnalisés existants avec l’OTAN. L’alliance a également convenu d’un nouveau plan directeur pour se défendre contre toute éventuelle attaque hybride russe.

La déclaration d’Annegret Kramp-Karrenbauer a suscité une vive réaction de la part de Rolf Mützenich, chef des sociaux-démocrates au parlement allemand, qui l’a qualifiée d’«  irresponsable  ».

M. Mützenich est particulièrement réputé pour ses opinions pacifistes. Il a rédigé sa thèse de doctorat en 1991 sur les régions dénucléarisées et milite régulièrement pour mettre fin au stationnement d’armes nucléaires américaines sur le sol allemand.

«  Je ne sais pas si la ministre a également pensé aux armes nucléaires encore stockées en Allemagne  », a déclaré M. Mützenich.

Une vingtaine de bombes nucléaires de différentes tailles seraient en attente sur le sol allemand, sur une base aérienne en Rhénanie-Palatinat, en raison du partage nucléaire de l’OTAN.

Les remarques de M. Mützenich sont particulièrement importantes puisqu’il fait partie d’une équipe de six personnes qui dirige les négociations de coalitions. Les partis allemands cherchent à en effet former une coalition «  feux tricolores  » qui devra se repositionner sur des questions telles que le partage nucléaire, la relation de l’Allemagne avec la Russie et sa position vis-à-vis de l’OTAN.

Si tous les partis sont favorables à l’adhésion de l’Allemagne à l’OTAN, la question du partage du nucléaire et de la présence d’armes nucléaires sur le sol allemand reste quant à elle plus controversée. La co-leader des Verts, Annalena Baerbock, critique ouvertement la présence d’armes nucléaires sur le sol allemand.

Le 7 septembre, Mme Baerbock a déclaré à la télévision nationale que «  le désarmement doit également inclure les armes nucléaires américaines ici en Allemagne et dans toute l’Europe  », ajoutant qu’elle était également favorable à l’adhésion au traité des Nations unies interdisant toutes les armes nucléaires.

La faction du SPD au parlement a publié un document de position en 2020, appelant à l’abolition de toutes les armes nucléaires. «  Notre objectif ultime à cet égard est le désarmement mondial complet des arsenaux existants d’armes de destruction massive  », a déclaré la faction.

Alors que le SPD, les libéraux favorables aux entreprises (FDP) et les Verts sont actuellement engagés dans des négociations de coalition afin de mettre en place un gouvernement opérationnel d’ici début décembre, il n’est pas certain que les armes nucléaires aient un avenir sur le sol allemand.

Les Allemands en désaccord sur la question de la dissuasion nucléaire contre la Russie

(Niko Kurmayer | EURACTIV Allemagne)

PARIS

Présidentielle 2022 : premier grand meeting à Lille pour Anne Hidalgo. Si depuis l’annonce de sa candidature, le 12 septembre dernier à Rouen, la candidate PS Anne Hidalgo était restée plutôt discrète, son premier grand meeting à Lille ce week-end semble marquer le coup d’envoi de sa campagne. Lire plus.

(Clara Bauer-Babef | EURACTIV France)

VIENNE

L’Autriche instaure des mesures de confinement pour les personnes non vaccinées. Vendredi dernier (22 octobre), le gouvernement autrichien a annoncé de nouvelles mesures relatives à la Covid-19 ciblant spécifiquement la population non vaccinée. Le plan prévoit la possibilité d’un confinement des personnes non vaccinées si le taux d’occupation des unités de soins intensifs atteint un certain seuil. Lire plus.

(Oliver Noyan | EURACTIV Allemagne)


ROYAUME-UNI – IRLANDE

LONDRES

Exclus du programme «  Horizon Europe  » . Les législateurs britanniques regrettent que le Royaume-Uni ne puisse pas participer aux projets liés au fonds de recherche de l’UE «  Horizon Europe  » en raison du désaccord avec Bruxelles sur le protocole d’Irlande du Nord.

(Benjamin Fox | EURACTIV.com)

DUBLIN

Les ministres irlandais sont informés des plans d’urgence en cas de crise énergétique. Les plans d’urgence élaborés en prévision d’une éventuelle pénurie d’énergie en hiver pourraient accorder une heure aux entreprises pour réduire leur consommation. Les foyers pourraient se voir couper le courant, dans le pire des cas.

(Molly Killeen | EURACTIV.com)


PAYS DU NORD ET BALTES

HELSINKI

Un projet de centrale nucléaire fait l’objet d’une analyse des risques en raison de ses liens avec la Russie. Le ministère finlandais de la Défense demande une analyse des risques d’une centrale nucléaire prévue par le consortium énergétique dirigé par Fennovoima. Il s’inquiète notamment du fait que Rosatom, une entreprise nucléaire d’État russe, possède 34 % de la société.

(Pekka Vänttinen | EURACTIV.com)


EUROPE DU SUD

ROME

Mario Draghi a déclaré que l’UE devait immédiatement œuvrer à la sécurisation des stocks stratégiques d’énergie. À l’issue d’un sommet européen de deux jours, le Premier ministre italien Mario Draghi a clairement exprimé son opinion sur la crise énergétique et son impact au niveau européen. Les niveaux de stockage de gaz étant très inégaux sur le continent, M. Draghi a déclaré qu’afin de «  protéger tous les pays de l’UE de manière égale  », il était nécessaire de «  commencer immédiatement à élaborer des hypothèses pour un stockage intégré des stocks stratégiques et à faire l’inventaire des différentes réserves disponibles dans les différents pays  ».

(Viola Stefanello | EURACTIV Italie)

MADRID

Un conflit entre ministres provoque la première crise majeure de la coalition de gauche. La ministre du Travail, Yolanda Díaz (parti de gauche, United We Can), a promis samedi d’abroger la réforme du travail approuvée en 2012 par le parti de centre-droit Partido Popular (PP), se heurtant ainsi à la ministre de l’Économie, Nadia Calviño (parti socialiste, PSOE), et à la Confédération espagnole des entreprises (CEOE).

(Fernando. Heller | EuroEFE.EURACTIV.es)

ATHÈNES

Le meurtre d’un jeune Rom tué par la police provoque des troubles dans la ville grecque d’Aspropirgos. La ville industrielle d’Aspropirgos, à l’extérieur d’Athènes, a connu deux jours de troubles après une poursuite en voiture par la police qui s’est terminée par la mort d’un jeune Rom et de son partenaire adolescent dans le port de Perama, près de Peiraus.

(Matthaios Tsimitakis | EURACTIV Grèce)


GROUPE DE VISEGRAD

VARSOVIE

Donald Tusk officiellement élu à la tête d’une organisation politique à dominante masculine. Avec 97,4 % de votes favorables, Donald Tusk est officiellement devenu le nouveau chef du principal parti d’opposition polonais, la Plateforme civique (Platforma Obywatelska, PO). M. Tusk dirige actuellement à la fois la PO et le Parti populaire européen de centre-droit. Toutefois, la PO a suscité de vives critiques puisque tous les dirigeants régionaux élus sont des hommes.

(Piotr Maciej Kaczyński | EURACTIV Pologne)

PRAGUE

Andrej Babis a déclaré qu’il fallait remercier M. Orban d’avoir construit le mur contre les migrants. Le Premier ministre tchèque Andrej Babiš a fait l’éloge de son homologue hongrois après le sommet du Conseil européen de la semaine dernière. Selon M. Babiš, Viktor Orbán devrait être remercié pour sa lutte contre l’immigration.

(Aneta Zachová | EURACTIV République tchèque)

BUDAPEST

Les municipalités hongroises sont moins susceptibles de répondre aux lettres si elles soupçonnent d’avoir reçu une lettre de Roms. Une nouvelle étude a révélé que les fonctionnaires hongrois au niveau local sont moins susceptibles de répondre aux lettres reçues de la part de noms stéréotypés associés aux Roms, rapporte Telex via le G7.

(Vlagyiszlav Makszimov | EURACTIV.com with Telex)

BRATISLAVA

Plusieurs villes slovaques sont dans l’incertitude face à la question de l’approvisionnement en énergie et en électricité de l’année prochaine. Certaines villes slovaques n’ont toujours pas réussi à conclure d’accords sur l’approvisionnement en gaz et en électricité pour l’année prochaine. Elles doivent faire face à des prix élevés sur le marché de gros.

(Michal Hudec | EURACTIV Slovaquie)


NOUVELLES DES BALKANS

SOFIA

Le secteur du tourisme bulgare proteste contre le «  green pass  » jugé «  discriminatoire  ». Le secteur du tourisme et de la restauration en Bulgarie a menacé d’organiser des manifestations nationales si le gouvernement ne modifie pas les règles de délivrance du «  green pass  » afin que les tests de détection des anticorps contre la Covid-19 soient légalement reconnus pour l’obtention du certificat.

(Krassen Nikolov | EURACTIV Bulgarie)

BUCAREST

En Roumanie, les discussions pour un nouveau gouvernement ne se déroulent pas sans heurts. Le Premier ministre désigné Nicolae Ciuca tente de trouver un soutien pour son cabinet, mais l’opposition n’est pas si enthousiaste à l’idée de le soutenir, malgré une offre de trêve. Lire plus.

(Bogdan Neagu | EURACTIV Roumanie)

ZAGREB

Le parti des Croates souverainistes collecte des signatures pour une pétition «  anti-euro  ». Les dirigeants du parti des Croates souverainistes, qui ont récemment lancé l’initiative «  Let’s Protect the Croatian Kuna  » (protégeons la kuna croate), ont commencé dimanche à recueillir des signatures pour une pétition en faveur d’un référendum contre l’introduction de l’euro en Croatie.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

LJUBLJANA

La Slovénie va promouvoir la vaccination en accordant des primes aux médecins généralistes. La Slovénie prévoit d’améliorer son taux de vaccination en offrant des primes aux médecins généralistes qui encouragent activement la vaccination.

(Mateja Benec | STA)

BELGRADE

Aleksandar Vučić déclare que la Serbie s’oppose aux sanctions contre toute personne en Republika Srpska. La Serbie s’opposerait catégoriquement à des sanctions contre toute personne en Republika Srpska, a déclaré samedi le président serbe Aleksandar Vučić.

(EURACTIV Serbie | betabriefing.com)

PRISTINA | BELGRADE

Des diplomates russes déclarés persona non grata quittent le Kosovo. Deux diplomates russes du Bureau de liaison russe à Pristina déclarés persona non grata ont quitté le Kosovo, a confirmé dimanche la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

(EURACTIV Serbie | betabriefing.com)

SARAJEVO

Milorad Dodik a affirmé son soutien à la poursuite de la mission EUFOR en Bosnie-Herzégovine. Le Conseil de l’UE a exprimé son soutien à la présence des forces de maintien de la paix EUFOR Althea, mandatées par l’UE, se disant favorable à l’extension de son opération sur le terrain. Althea compte 600 membres issus de 19 États.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

SKOPJE

La Macédoine du Nord entre dans une crise énergétique. La Macédoine du Nord consomme deux fois plus d’électricité qu’elle n’en produit. Pour satisfaire ses besoins quotidiens, elle s’approvisionne en électricité sur le réseau européen.

(Željko Trkanjec | EURACTIV Croatie)

***

[Edité par Sarantis Michalopoulos, Alexandra Brzozowski, Daniel Eck, Benjamin Fox, Zoran Radosavljevic, Alice Taylor]

Partager: