#

Même délocalisé, Eminence continue à produire français

Même délocalisé, Eminence continue à produire français

Même délocalisé, Eminence continue à produire français

Le dernier numéro

Une délocalisation synonyme de maintien de la production en France. C'est ce qui a permis au groupe Eminence d'assurer la survie de ses deux sites industriels gardois (530 salariés) et de devenir l'un des derniers fabricants tricolores de sous-vêtements masculins, avec le Slip Français.

Le groupe situé à Aimargues, qui possède les marques Athéna et Liebel, diffusée seulement en Italie, sous-traite sa production de modèles entrée et moyenne gamme, qui représente 55% de ses 30 millions de pièces vendues par an, en Chine, au Viêt-Nam, au Cambodge et au Bangladesh. "Pour proposer aux consommateurs des sous-vêtements bon marché, qui assurent l'essentiel de nos ventes, c'est l'unique solution", explique Dominique Seau, PDG d'Eminence.

Pour son activité saisonnière et le réassort (35% de son volume), le groupe tricote le tissu à Aimargues, externalise la teinte en France, en Espagne ou en Italie, réalise la découpe chez lui dans le Gard et sous-traite la confection en Roumanie ou au Maghreb. Ce système permet à Eminence de garder la main sur l'essentiel de la production et assurer la qualité du produit. "A l'image de la construction automobile", souligne le PDG.

Même délocalisé, Eminence continue à produire français

Livrer en trois jours

10% de ses produits sont fabriqués en interne, ce qui permet à Eminence d'être très réactif et de travailler en flux tendu. "Tout est planifié et pilotée par le client via un logiciel, souligne Joseph Serres, directeur général et industriel d'Eminence. Si le produit est en stock on l'expédie, sinon on active la production pour livrer dans les trois jours." La confection des pièces est gérée depuis l'usine de Sauve, à une quarantaine de kilomètres d'Aimargues, où travaillent une centaine de personnes.

Avec 130 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2013 (+ 0,4%), et une prévision de légère croissance en 2014, Eminence affiche la meilleure santé du marché en berne du sous-vêtement français. Le groupe revendique 18,1% de parts de marché en valeur (17,7% en volume) et près de 32% pour les grandes et moyennes surfaces.

Timothée L'Angevin

Partager: