#

Elon Musk désigné personnalité de l’année par le magazine « Time »

Elon Musk désigné personnalité de l’année par le magazine « Time »

Elon Musk désigné personnalité de l’année par le magazine « Time »

« Il ne possède pas de maison, il a vendu une partie de ses actions Tesla et (…) tweete de ses toilettes » : Elon Musk, patron de Tesla et de SpaceX et homme le plus riche de la planète, a été désigné, lundi 13 décembre, personnalité de l’année 2021 par le magazine Time.

A la tête d’une fortune estimée par Forbes à plus de 260 milliards de dollars, M. Musk, 50 ans, aura marqué 2021 de son empreinte, autant pour ses réussites entrepreneuriales que ses saillies sur Twitter.

Lire aussiElon Musk, le patron de Tesla, devient l’homme le plus riche du monde selon Bloomberg

« La personnalité de l’année est un marqueur d’influence », écrit dans un éditorial le rédacteur en chef de Time, Edward Felsenthal. « Peu d’individus ont autant d’influence que M. Musk sur la vie sur Terre et potentiellement aussi sur la vie en dehors de la Terre. »

Avec la société d’exploration spatiale SpaceX, qu’il a fondée en 2002, il a enchaîné les succès, d’un contrat exclusif signé avec la NASA pour construire le prochain module d’alunissage de l’agence américaine à la première mission orbitale de l’histoire ne comptant aucun astronaute professionnel à bord. « Le but global est de permettre à la vie de se développer sur plusieurs planètes et de faire de l’humanité une civilisation spatiale », a affirmé M. Musk dans l’entretien accordé à Time.

« Le prochain grand objectif est de construire une ville autonome sur Mars et d’y faire venir des animaux et des créatures terrestres. Un peu comme une arche de Noé du futur », ajoute l’entrepreneur d’origine sud-africaine, naturalisé canadien puis américain.

Elon Musk désigné personnalité de l’année par le magazine « Time »

Tesla, que M. Musk dirige depuis 2008, a également connu une année faste, continuant de dominer le marché très convoité des véhicules électriques. A Wall Street, l’entreprise – qui a commencé en 2020 à engranger des bénéfices sur une année entière – a rejoint le club très restreint des groupes valant plus de 1 000 milliards de dollars en Bourse. Au troisième trimestre, elle a livré plus de 240 000 véhicules, un record. « Notre objectif avec Tesla a toujours été de servir d’exemple à l’industrie automobile en espérant que les autres constructeurs fabriquent aussi des véhicules électriques afin d’accélérer la transition vers des technologies durables », a déclaré M. Musk.

La bonne santé boursière de Tesla a aussi profité au compte en banque du milliardaire, qui s’est récemment engagé à vendre 10 % des ses parts de l’entreprise après avoir sondé ses abonnés sur Twitter. M. Musk, qui s’est déjà délesté de plus de 11 millions d’actions Tesla, devrait utiliser une partie des bénéfices issus de la vente pour payer ses impôts.

Lire aussiTesla gagne pour la première fois de l’argent sur une année entière

Plus de 66 millions d’abonnés sur Twitter

Grand adepte de Twitter, où il compte 66,2 millions d’abonnés, M. Musk s’y exprime abondamment, le plus souvent pour partager des mèmes et des blagues potaches, mais aussi pour exprimer ses opinions. « Sa personnalité est aussi clivante que sa vision », écrit M. Felsenthal, notant que M. Musk « semble se délecter des divisions et des railleries agressives via les réseaux sociaux. »

Le dirigeant n’hésite pas à égratigner ses rivaux, notamment Jeff Bezos, réagissant à un tweet du fondateur d’Amazon et de Blue Origin par un émoji représentant une médaille d’argent. Au sénateur du Vermont et ancien candidat à l’investiture démocrate Bernie Sanders, qui suggérait de taxer davantage les plus riches, il a récemment rétorqué : « J’oublie tout le temps que vous êtes encore vivant. »

M. Musk est également passé par Twitter pour faire l’apologie du dogecoin, une cryptomonnaie à l’origine parodique, contribuant à faire s’envoler le cours. Sur le bitcoin, il a en revanche fait marche arrière : après avoir annoncé que Tesla accepterait les paiements avec le plus célèbre des cryptoactifs, il est revenu sur son engagement, citant l’impact environnemental du minage de bitcoin (technique de création des cryptomonnaies).

L’intelligence artificielle et les neurotechnologies font partie des autres sujets de prédilection du dirigeant sur Twitter. M. Musk dirige aussi la start-up neurotechnologique Neuralink et la société d’infrastructure The Boring Company.

Le magazine Time décerne le titre de personnalité de l’année depuis 1927 et souhaite ainsi mettre en valeur chaque année la personne « qui a le plus compté dans l’actualité ou dans nos vies, pour le meilleur ou pour le pire ». Le dernier grand patron américain à l’avoir obtenu est le président-directeur général de Facebook, Mark Zuckerberg, en 2010.

Lire aussi notre série en six volets :Article réservé à nos abonnésElon Musk, portrait d’un électron libre

Le Monde avec AP, AFP et Reuters

L’espace des contributions est réservé aux abonnés. Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.S’abonner Déjà abonné ? Se connecter

Contribuer

Partager: