#

Christian Dior collabore avec le fantôme de Christian Dior

Christian Dior collabore avec le fantôme de Christian Dior

Christian Dior collabore avec le fantôme de Christian Dior

StyleKim Jones célèbre le 75ème anniversaire de la maison de couture parisienne

Par Rachel Tashjian

Très féru de collaborations, Kim Jones est susceptible de collaborer avec un peintre contemporain comme Peter Doig une saison, puis de dialoguer avec les ayants-droit de Jack Kerouac pour convoquer l’atmosphère de la Beat Generation pour une autre saison. Ses collections, bien qu’elles soient généralement marquées par une continuité dans la silhouette et les matières utilisées, suscitent un certain suspense dans les jours qui précèdent le défilé. Kim Jones aime y faire allusion sur Instagram et les aficionados de mode se demandent toujours qui, cette fois-ci, sera sa muse ou son co-conspirateur. Avant le défilé, nous avons ainsi aperçu des photos montrant des gants gris et des chaussures noires laquées recouvertes d’un fin réseau strassé. Cela ressemblait à une célébration de la mode elle-même. Qui avait osé se lancer dans une telle aventure ?

Cette année marque le 75ème anniversaire de la maison de couture fondée par Christian Dior. Pour l’automne 2022, Kim Jones a donc décidé de créer sa collection en solo, enfin, plus ou moins : “Kim Jones se lance dans la collaboration ultime”, annonce un communiqué de presse, “avec Christian Dior lui-même”. Comme si Kim Jones dansait avec le fantôme du grand maître, dans une collaboration spirituelle. Christian Dior par Christian Dior.

“J’avais envie de regarder les archives, de retrouver la pureté des débuts de la maison, son élan originel”, a confié Kim Jones à GQ. “Nous nous sommes penchés sur les premières collections en nous intéressant à l’architecture du vêtement, afin de traduire les éléments qui nous intéressaient, de manière presque instinctive, dans un style masculin contemporain, en gardant la joie de vivre qui est au cœur des vêtements Christian Dior.”

Christian Dior collabore avec le fantôme de Christian Dior

Dior est un nom tellement mythique dans le monde de la mode qu’il peut être difficile de savoir ce qu’il signifie vraiment. Les idées du couturier sont tellement puissantes, tellement essentielles à notre compréhension du luxe et du savoir-faire artisanal que “Dior” est presque devenu synonyme de la mode elle-même. Le couturier était un maître de la silhouette, de la parure, du spectacle et de la fantaisie. Si vous fermez les yeux et pensez “couture”, vous verrez probablement apparaître une robe pailletée sans manches avec une taille ajustée et une jupe en corolle – l’une des créations emblématiques du couturier.

Kim Jones cite donc certaines des pièces les plus célèbres de Dior. On retrouve la célèbre veste bar, la silhouette “en huit”, à taille fine et hanches rembourrées, réinterprétée pour les hommes dans une version adoucie et enveloppante. Le gris, que Dior aimait tant, la couleur du ciel parisien un jour de pluie, constitue la base de la palette de cette collection. La collection est présentée dans un décor qui reproduit le pont Alexandre-III, une métaphore pour Kim Jones, qui rappelle aussi le décor de plusieurs photos de Richard Avedon qui ont contribué à consolider l’image de la maison. Beaucoup des passions du couturier parisien sont présentes : la rose, l’imprimé cannage qui lui avait été inspiré de chaises parisiennes cannées et le parfum du muguet, qu’il aimait tant. Même la collaboration avec Birkenstock est un clin d'œil à Dior, une réinterprétation des chaussures de jardinage qu’il chaussait pour s’occuper de ses fleurs.

L’approche de Kim Jones a ceci d’unique qu’il s’intéresse à l’homme Christian Dior et à sa personnalité, au-delà d’un nom devenu légendaire. C’était un grand lecteur, un jardinier et un adepte du mysticisme. C’était aussi un romantique, un gourmand de textures, de volumes et d’idées. Le grand spectacle orchestré par Jones et le luxe écrasant de la marque en deviennent humains. Alors que l’industrie de la mode ne cesse d’orchestrer des remakes avec une touche contemporaine, Kim Jones aime à trouver quelque chose de durable et de classique chez Dior, qui dépasse le savoir-faire des créateurs qui lui ont succédé. Le Britannique est aussi un roi du cool, et l’a démontré en collaborant avec Stüssy et en mettant sous les projecteurs le jeune artiste Amoako Boafo. Mais son insistance à approcher Dior comme une figure historique plutôt que comme un système de références devant être ravivées est peut-être à ce jour son idée la plus moderne.

Via GQ US

Partager: